GEstion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations

La compétence GEMAPI (GEstion des Milieux Aquatiques et Prévention des Inondations) a pour objectifs : la préservation et la restauration du bon fonctionnement des milieux aquatiques et la prévention et la protection des enjeux humains contre les impacts des inondations.

Affichant une volonté politique forte basée sur la rivière Dordogne, élément fédérateur de notre territoire, le service GEMAPI met en œuvre des études et travaux ayant pour objectifs :

  • l’atteinte du bon état écologique des cours d’eau et des milieux aquatiques : cela se traduit par des actions de gestion de la végétation de berges, de restauration de la franchissabilité piscicole, de zones humides, couasnes ou plans d’eau etc. Sont concernés la rivière Dordogne et l’ensemble de ses affluents (Bave, Cère, Mamoul, Borrèze, Ouysse, Alzou, Sourdoire, Tourmente, Tournefeuille, Palsou, …), soit 790 km de cours d’eau.
  • la prévention et la protection face au risque d’inondation : 44 communes sur 79 sont soumises au risque inondation. Cauvaldor porte un Programme d’Actions de Prévention des Inondations (le PAPI) visant à réduire ce risque par la réalisation d’aménagements (bassins écrêteur, systèmes d’alerte locaux de crue), et d’actions d’entretien des cours d’eau, de sensibilisation des scolaires, de pose de repères de crue…

Le service GEMAPI est également en charge, avant chaque été, de la sécurisation du parcours canoë sur la Dordogne et la Cère aval.

A TELECHARGER :  Entretien des cours d'eau - Guide de bonnes pratiques des riverains (mars 2018)

 

Réflexion en cours sur l'exercice de la compétence

Contrairement aux autres compétences de la communauté de communes, la GEMAPI intervient à l’échelle du bassin-versant hydrographique et donc au-delà des découpages administratifs des territoires. Les actions de préservation ou d’aménagement des milieux aquatiques mises en oeuvre par les différents acteurs se doivent d’être cohérentes sur la totalité du bassin-versant.
Ainsi, Cauvaldor mène actuellement une réflexion portée à l’échelle de 9 communautés de communes qui touchent 4 départements. L’étude en cours concerne le bassin versant de la Dordogne moyenne et de la Cère aval. Elle vise à déterminer le périmètre de gestion le plus cohérent, la forme de syndicat la plus adaptée mais aussi les missions précises de cette future structure et les modalités de financement.